Accueil Desserts Gâteaux

Pastis d’Amélie (Recette du Sud-Ouest)

"Étape par étape pour un voyage dans les Landes"

pastis d'Amélie

Je n’ai goûté à ce pastis d’Amélie qu’il y a deux ans et il me rappelle un peu le pastis landais de mon enfance. Je l’avais trouvé dans une boutique de produits de luxe à Paris. Lorsque j’ai vu cette recette chez mon amie Béatrice qui anime avec talent le blog de la Cuisine en folie j’ai tout de suite eu envie de le faire. C’est une brioche dense, plutôt ferme et humide et c’est sa nature. J’ai retrouvé le goût du pastis d’Amélie que j’avais trouvé à Paris. Son goût est proche du pastis d’Hossegor (celui de mon enfance) mais pas sa texture qui est plus dense. J’ai été ravie de le déguster et je l’ai fait découvrir à ma fille. Il est meilleur le lendemain, le temps que les parfums se mélangent et que l’ardeur du rhum s’atténue un peu. J’ai utilisé de la gousse de vanille en plus mais c’est un ajout tout à fait personnel ! Sinon j’ai eu un souci avec ma levure, je pense qu’elle était super faiblarde car j’ai mis la brioche à pousser à 15h et à 23h elle était toujours aussi plate. Je l’ai alors mise sur un radiateur en me disant si demain matin elle n’a pas poussé, direction la poubelle. Je déteste jeter mais je sais que si la pâte n’a pas levé c’est immangeable ! Et là magie, le matin à 7h elle avait bien doublé de volume. Alors je ne vais pas vous donner des indications de temps, juste de volume. Finalement c’est ça qui compte !



Ingrédients


moyen 8 parts


  • 330 g de farine

  • 100 g de beurre fondu

  • 4 oeufs

  • 100 g de sucre en poudre

  • 5 g de levure de boulanger sèche

  • 1 gousse de vanille

  • 50 ml (g) de rhum ambré

  • 10 ml (g) de vanille liquide

  • 50 ml (g) d’eau tiède

  • 1 grosse pincée de sel

  • Sucre casson (ou sucre perlé)



Étape par Étape


17 étapes    Prép | Cuisson 45min

Print Friendly, PDF & Email



1 Verser le sachet (5 g) de levure de boulanger dans un petit bol.

2 Ajouter 40 g de farine.

3 Ainsi que 50 ml (50 g) d’eau tiède. Couvrir d’un film alimentaire et attendre une demi heure que la levure s’active (là ça a bien marché). L’appareil doit doubler de volume.

4 Quand le levain a bien levé. Séparer les jaunes des blancs de 4 œufs. Mettre les jaunes dans la cuve d’un pétrin. Et mettre les blancs dans un cul-de-poule ou un saladier.

5 Ajouter le sucre en poudre dans le pétrin.

6 Le rhum ambré.

7 Ainsi que le beurre fondu et l’intérieur de la gousse de vanille (les graines). Pour cela on fend la gousse en deux dans la longueur et on passe un couteau pour racler les graines. Mélanger pendant 2 minutes à vitesse rapide.

8 Verser la farine dans le pétrin.

9 Ainsi que le levain avec la levure activée. Mélanger au crochet pendant 8 minutes.

10 Monter les blancs en neige très ferme avec le sel.

11 Détacher la pâte du crochet et ajouter les blancs d’œufs en neige. Mélanger à la plus petite vitesse jusqu’à ce que les blancs soient bien incorporés.

12 Remonter le crocher pour le retirer.

13 Couvrir la pâte le pétrin d’un film alimentaire et d’une serviette et le laisser doubler de volume (18 h pour !)…

14 Quand la pâte a doublé de volume la verser dans le moule. Ici un moule à charlotte de 18 cm de diamètre à la base.

15 Le moule aura été recouvert de papier sulfurisé recouvert de beurre dessus et dessous. Je vous présente comment chemiser le fond d’un moule rond.

16 Enfin parsemer de sucre casson (celui des chouquettes) ou sucre perlé.

17 Enfourner pour 45 minutes à 150°C (th. 5). Sortir et laisser refroidir totalement avant de déguster… le lendemain c’est encore meilleur !


ou

AJOUTER À VOS FAVORIS


Vous avez aimé ce Blog ?



Abonnez-vous à notre NewsLetter hebdomadaire pour ne rater aucune recette !


PARTAGER
Blogueuse culinaire, j'anime "La tendresse en cuisine". Un blog dédié à la cuisine, aux autres, pour s'ouvrir, échanger et s'amuser dans sa cuisine. J'aime les chats, le calme, l'amitié et la bonne chère... évidemment !

21 Commentaires

    • Coucou ma Chrystel,
      je n’en ai jamais goûté sur place de tel que le pastis d’Amélie, celui que je connaissais venait des Landes et celui-ci vient du Béarn. Le béarnais est plus dense que le landais. Bisous et merci de ta gentille visite

  1. Merci pour cette jolie découverte ! Il y a temps de choses à goûter et à faire, c’est tellement frustrant dès fois ne pas pouvoir tester toutes les recettes qui nous font de l’oeil.

    • Sourire, oui je te rejoins tout à fait moi aussi je suis frustrée quand je vois ma to-do list qui ne cesse de s’allonger alors que je ne fais qu’une recette nouvelle par jour ! Il faudrait que j’arrête les recherches mais en même temps je vois oh ça c’est plus sympa, oh ça c’est plus savoureux, oh ça c’est plus joli et de oh en oh… voilà voilà…

  2. J’ai entendu parler de cette recette mais ne l’ai jamais faite. Et bien tu me donnes envie d’y remédier. Elle est superbe la tienne 🙂

    • Oui parfois j’allais en vacances l’été à Hossegor, pas souvent mais à chaque fois c’était des souvenirs incroyablement merveilleux ! Gros bisous ma Brigitte

  3. Tu confirmes bien ce que je t’ai dit sur FB c’est un gâteau de ma région ! Je vois que tu le connais bien. Nous ne l’affectionnons pas autant que toi par contre, à cause de sa mie qui effectivement est dense mais en ce qui me concerne aussi de par son goût. Je n’en mange que le matin et je trouve que ça ne se marie pas trop avec le café. Ceci étant dit tu l’as admirablement réalisée !! Bravo ! gros bisous

    • Coucou ma chère Claudine, je suis assez d’accord avec toi, le mariage avec le café n’est pas le plus heureux car la finesse des parfums de ce pastis disparaît sous la force du café. Très franchement moi je le mange sans aucune boisson… Merci pour ton message 🙂 Gros bisous ma belle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

CommentLuv badge